Chope Me I’m Famous, (mon) bilan

C’était une putain de soirée samedi soir ! Franchement, le coup de grêle qui a eu lieu dans l’après-midi ne pouvait qu’augurer d’une soirée exceptionnelle. Ce fut le cas ! Rien de prétentieux ou d’incroyable : un petit concert, un Dj, de la bonne bière (j’adore cette Bob’s ! Difficile de repasser à de la pisse quelconque une fois qu’on y a gouté !) pour une très bonne soirée qui à durée jusqu’au bout de la nuit.

 

 

La tempête :arcusangelu

 

Je m’attarde un petit peu sur la tempête de l’après-midi car elle fut assez extraordinaire pour mériter qu’on en parle. Ils avaient prévu un coup d’orage, mais plus tard. J’étais chez moi, tout était calme, puis le vent a commencé à se lever. Vers le sud, des nuages très bas s’enroulaient sur eux-mêmes en montant hyper-rapidement ; au-dessus, le plafond nuageux était devenu noir, avec une sorte de lumière verte, gazeuse, qui filtrait au travers. C’était magnifique, très oppressant, et en regardant ça, on comprenait pourquoi les anciens – genre les gaulois – avaient peur que le ciel leur tombe sur la tête. Pendant 30 minutes il a fait nuit en plein jour ; D’un seul coup, sans crier gare, des putains de grêlons de la taille d’olives (et même de leetchis !) ont commencé à se déverser sur nous comme une apocalypse. Des tas se formaient dans les coins et dans l’herbe, plusieurs centimètres de glace empilée comme s’il avait neigé ! Je regardais la glace tabasser les velux avec le son d’un nid de mitrailleuse. Franchement impressionnant ! Y devait pas faire bon être sous la grêle à ce moment-là ; un coup à finir plein de bleus, voire troué comme un gruyère. Je parle du temps, ce qui est un peu bateau mais justement, c’est mon côté marin qui ressort, qui émerge devrais-je dire, je m’intéresse beaucoup à la météo.

 

La soirée :                       leprechauns

 

Pour revenir à la soirée, notre cher Rémi Lacaze de la Chope a eu la brillante idée – le jeudi précédent – d’investir dans une nouvelle et magnifique toiture pour la terrasse. Ce sont des lattes inclinables qu’on peut fermer et qui sont parsemées de Leds. Lattes fermées et lumières allumées, ça forme un plafond clos et très lumineux, franchement joli et protecteur ; c’est très réussi ! Ce samedi le temps n’était pas forcément très beau et pourtant nous pouvions profiter de la terrasse sans aucun souci ; Nickel ! Au début donc c’était comme un samedi soir pré-saison avec temps mitigé : quelques tables qui hésitaient entre bières et cocas, un anniversaire (qui partait bouffer à Biarritz après), les poches du coin, normal. Et dans le coin nord-est de la terrasse, en groupe comme des chauvins, avec une magnifique signalétique inexistante comme on sait si bien le faire, nous (en se mettant à la place d’un inconnu je reconnais que c’est pas engageant : une troupe de potes en rangs serrés, devant une tireuse qu’on aperçoit à peine… tout le monde se connait, tu réfléchis pas trop tu contournes et tu vas au bar prendre ton coup. Bon, c’est notre style, mais il faut un panneau/stand/déco, qui explique que les gens sont autorisés à venir boire et que nous sommes sympathiques !)
Lentement mais surement, avec la tombée de la nuit, les gens sont arrivés et la troupe à grandit et s’est diversifiée agréablement. Ça c’est un plus des soirées esnatu, ça mélange les potes c’est hétéroclite ! Les musiciens ont mangé (spaghetti bolognaise/rouge, merci maman !) puis se sont installés. Après, si vous y étiez, vous savez comment ça s’est passé. Et si hélas vous n’y étiez pas, tout ce que je peux vous dire c’est : Dommage ! c’était vraiment très bien ! De l’avis unanime du public, le concert était très bon, ils savent ce qu’ils font ! Personnellement j’ai honte parce qu’entre les « bonjours » et les pauses pipi et « cigarettes » je n’ai pas pu voir une chanson ! Ça m’a tué car – en plus qu’ils fussent (whaou première fois de ma vie!) venus gracieusement et avec plaisir, je suis très fan de Kadjoo (n’hésitez pas d’ailleurs à choper leur dernier album, c’est une perle ! Musique de voyage – http://www.kadjoo-song.fr/) Grands princes, ils m’ont fait un rappel perso, j’ai donc quand même pu en avoir une. Frustrant ! Je m’en voulais beaucoup putain !
La soirée tout le long s’est très bien passée : beaucoup de monde, beaucoup d’amis, bonne ambi, bon staff – derrière les deux bars, 7 futs de bière absorbés (soit 210 litres), 1000 euro pour esnatu, une belle satisfaction pour nous et la plupart de ceux qui se sont déplacés. A tous – la Chope, bénévoles, public, amis – bravo et merci !

 

Le voleur :

foxthief

J’en viens à la troisième partie du compte-rendu qui est comme la cerise amère sur le gâteau. Quelque chose de pas très grave, mais quand même casse-testicules.
A la fin de la Chope (deux heures passées), je me suis rendu compte que je n’avais plus ma magnifique banane Quiksilver beige qui me permet d’emmener les années 80 avec moi partout où je passe et accessoirement de ranger mon bordel car en fauteuil on ne se sert pas des poches de son pantalon desquelles on perd tout. Je la cherche donc et rien ! Nous la cherchons à plein, en faisant le ménage, retournons le bar, et rien !!! Je me rends à l’évidence : quelqu’un l’a prise, ce qui faisait bien *%*$ car j’avais dedans portefeuille, « cigarettes », portable, et clés de bagnole (mon gros bébé que je viens d’avoir ! Difficile de contrer ce matérialisme primaire). Je savais que personne des gens de confiance ne l’aurait prise sans me le dire sachant ça dedans, et je le sentais mal. Du coup on s’est retrouvé à l’after à Iruñan, où j’ai fait chier tout le monde avec le refrain : «  T’as pas vu une banane Quiksilver beige ? Non ; Putain y avait mes clés dedans etc. » Au bout d’un moment j’ai laissé couler, pas content, et me suis rabattu sur mon ami l’alcool pour faire passer les secondes. La soirée s’est faite – c’était cool d’ailleurs – et à un moment, miracle ! On m’apporte ma banane qui a mystérieusement réapparu au bar. Joie, allégresse. Il se trouve que quelqu’un l’a trouvée sur le parking en ramenant son frère à la bagnole, et l’a donc ramenée au bar. Je suis content je ne vérifie pas tout de suite, puis après, voulant payer, je vois qu’il y manque portefeuille, « cigarettes », et portable. Il y avait les clés de ma bagnole et c’est ce qui m’importait le plus, déjà elles sont spéciales, et pas envie de rester là comme un con pour mal finir cette bonne soirée.

Si je raconte ma vie comme ça c’est pas par pur plaisir ou exhibitionnisme. C’est pour que ceux qui le lisent comprennent bien ce qui s’est passé, car peut-être même que celui qui a volé le lira (ce qui me ferait plaisir), car je connaissais plus ou moins tout le monde là-bas, et à nous tous nous connaissions tout le monde. Mais il y a des voleurs partout. Quelqu’un a retrouvé ma carte bleue sur le parking du club, et mes clés étaient restées dans la banane. Preuve que l’Arsène Lupin en herbe (c’est le cas de le dire) n’a pas voulu me faire trop de tort. Le pauvre s’en est tiré avec quinze euro et trois vous savez quoi. Soit c’est un manque de couilles, soit c’est des remords, je dirais un petit mix des deux, mais je pense que lui le ressent comme un petit vol ordinaire, pas bien méchant, et facile ; ce qui est vrai. Ça en reste qu’il m’a volé, et que ce n’est pas agréable, donc mon gars, si tu lis, j’ai déjà réservé mes deux premiers coups de pieds au cul quand je remarcherai, et sache que le troisième sera pour toi !
Deux dernières choses : si quelqu’un à une info et veut me le dire qu’il n’hésite pas, et enfin, le téléphone que j’avais est un Fairphone (cool ça me permet d’en parler). C’est un smartphone fait par une boite hollandaise (d’une trentaine d’employés) selon des principes « équitables ». Genre faire attention d’où viennent les matières premières (les métaux précieux sont achetés dans des mines où il n’y a pas de conflits), l’assemblage est fait dans une usine chinoise où les conditions de travail sont surveillées, il est solide et démontable, toutes les pièces peuvent se trouver sur internet pour des réparations, etc. En bref, être conscient que ce que vous avez dans la main n’est pas une cacahouète vendue 1 euro avec un forfait et fabriqué en une seconde par une machine qui vous fait des bisous (et 2 amputés, 6morts, 10 familles en deuil derrière de l’autre côté de la planète). Ce n’est pas parfait mais la démarche et louable. Je vous invite à faire un tour sur leur site https://www.fairphone.com/. Il y en a peu, environ 50 000 dans le monde, et il se trouve que je n’en ai vu que deux en vrai : le mien, et celui de ma sœur, donc si vous apercevez ou entendez parler d’un téléphone chelou qui ressemble à ça :

chiligum-article-fairphone

Merci de me prévenir car il y a de fortes chances que ce soit le mien.

A bon entendeur salut.

Venez mater les photos de la soirée ICI

1 Comment

  • soudjoukdjian dit :

    ben vrai en voilà un (ou une) qui s’embarrasse pas de scrupules , d’un autre côté le type ne fait pas de différence et l’égalité citoyenne c est ça hein ! sinon je suis OK pour assister à la cérémonie des coups de pied OQ – malgré tout ce fut bonne soirée merci-

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *